Des sentes à Lyre

Poète
Filmeur Dessinateur
Musicien à mes heures
Je filme la vie à bras-le-corps
J’arpente les mots à corps-et-cris
Je chasse les sens Je traque les sons
J’enjambe les digues J’embrasse les flots
Je file le flou Je fais flow-bonds
J’image les signes
Je ligne des chants
Je dessine hélées
Des sentes
à Lyre

Echo au précédent post qui présentait le premier Dessin à Lyre, JE POSE ICI COMME UN JALON en ce premier jour de MARS, le corps de texte qui orna la page d’accueil de ce site ces deux derniers mois, mois qui furent aussi les premiers d’une réouverture après refonte totale du navire et de son bois de charpente.

Cet Oiseau-Lyre tressé de cordes sensibles signait un SALUT A TOI en lignes taillées, sculptées à la hache pour ainsi dire, pour faire IMAGE-SIGNE, concept dont il sera souvent question ici, avec un court texte pétri de MOTS-SONS, autre concept sur le sonore qui complète le précédent qui s’applique au visuel, pour donner à VOIR autant qu’à ENTENDRE, comme LIRE et COMPRENDRE une image textuée, tel un sigle unique composé de mots tressés de sons tissés en lignes, jonglant avec les sens portés par les signes.

Des sentes à Lyre, donc. Ce jet de mots regardés en BLOC, dessine les contours d’un oiseau en vol. A moins que cela ne soit celui d’une abeille ? Airs et miel fusent et fondent de pair EN MER, en ondes ondoyantes pour les uns, en coulées diaprées pour les autres. Ondoiement de sens miellés. Corps de sentes en coulée IMAGE le sens et fait tinter les lignes de sons liés ressentis au plus profond des fibres.

Passage du vide en plein. Tressage de signes entre les sentes. Tissage de sens entre les lignes. Filage de sens entre les signes. Ouverture des sens à la raison signifiante. Passage de sens porté par les sens. Boucle. Re-bonds. Redondance. Ronde de mots dansants. Flow de sons chantants.

Œil voit et entend avant de lire. Idéogramme attique. Sens se déploie d’une rive à l’autre. Mots s’étirent du visuel au ouïr. Sons portent les lignes. Idées sourdent. Signes voyagent dans la pensée en vol de formes pour faire SIGNE et SENS en même temps.

Force de l’idéogramme qui imprime la rétine de concert avec le cortex cérébral. Instantanéité de la frappe. Vibration du tympan à l’unisson du sens. IMAGE-SIGNE.

3 thoughts on “Des sentes à Lyre

    1. Les mots-sons portent l’émotion, les images-signes véhiculent le sens avec force d’évidence. Quand la lumière du cœur fusionne avec celle de l’esprit… BIG BANG. Les scientifiques pensent que l’Univers fut engendré à partir de l’explosion d’une énorme masse de matière et d’antimatière réunie (où, par quoi, comment, avec quelle intention ou par quel hasard?), dont il n’est ressorti que quelques grains de poussières éparpillés aujourd’hui dans l’espace interstellaire. La matière serait composée à 99% de vide. Comprimés, tous les atomes disponibles dans l’univers tiendraient dans une coquille de noix selon les scientifiques, dans une tête d’épingle selon la tradition musulmane. Balance des équilibres. La matière et l’anti-matière consommée dans l’explosion ont fusionné en pure énergie et espace-temps déployé à l’infini. Les restes de cette combustion nous habitent aujourd’hui, nous composent pour ainsi dire, dans un agencement qui tient du miracle. Feux de l’Esprit, lave du cœur, grains de chair… Un schéma des forces premières à l’œuvre dans l’Univers qui ne cesse de revivre leur histoire en tous points où elles se retrouvent, mues par leur dynamique première ? L’homme un microcosme en forme d’alliage qui renferme le jeu de ces forces à l’œuvre et leur histoire depuis leur genèse ? TOUT est dans tout, dit la sagesse du TAO. Certains scientifiques pensent que l’Univers est fractal. Un post sur Mandelbrot à entrevoir ? Bonne pioche, c’était mon phare en classe de Terminale. Les mathématiques, plus qu’un sport mental. Une métaphysique profonde et un langage de clarté irréfutable. Possible de se tromper, impossible de mentir en mathématique.
      Merci pour ce trait d’esprit qui m’aura fait gamberger et enjamber la courbure de l’espace intégral. 😉
      Ps.un détail qui peut interesser certains; la distribution en grappilles des ilots de présence sur la courbure, à l’horizon de la Conscience, face à l’horizon du non-advenu, est tres clairsemée et dessine une géodésie filaire si fine, qu’elle apparait fugacement comme fragile et ténue dans la brume au dela des nuees. Grande économie de moyens en vérité. La Conscience, un éveil à la nuitée du Silence et la pudeur de l’Invisible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *